0 commentaire(s) | 243 vues

Voyagez en classe affaires, c’est bien. Voyagez en classe affaires au prix de l’économique, ou moyennant seulement un petit supplément, c’est mieux ! Nos conseils et astuces pour être surclassés…

1 – Demandez, tout simplement !

Oubliez votre timidité ! La solution la plus simple pour obtenir un sur-classement, en classe Affaires ou à défaut en Eco Premium, c’est encore d’en faire la demande au comptoir d’enregistrement. Autant le dire, les chances d’obtenir satisfaction sont faibles. Néanmoins, il arrive qu’une compagnie fasse un geste. Par exemple pour des raisons de répartition des poids en vol car un transporteur ne peut se permettre de décoller avec l’avant de l’avion vide. Sachez néanmoins que les transporteurs réservent généralement le sur-classement aux détenteurs de cartes de fidélité, notamment les plus hauts niveaux (Gold, Platinum…). Pour mettre toutes les chances de votre côté, il convient de respecter quelques règles, à commencer par avoir la bonne attitude en souriant et en restant courtois. C’est valable au comptoir d’enregistrement mais aussi dans l’avion car une fois à bord, il arrive que le personnel accepte de surclasser des passagers ; notamment si votre siège est détérioré, le système vidéo inopérant, ou votre voisin incommodant. Dans la liste des candidats au sur-classement, celui qui a su se montrer jovial bénéficiera alors d’un capital sympathie. Au-delà du comportement, l’aspect vestimentaire est également essentiel. L’habit fait toujours le moine et un passager à la tenue correcte fera toujours la différence avec un voyageur en survêtement !

2 – Trouvez le bon timing

La stratégie de sur-classement est liée au remplissage des avions et à la politique de yield management des transporteurs qui vise à optimiser la recette d’un vol. Inutile d’espérer un geste si l’avion est presque plein. Une compagnie préférera toujours garder le dernier siège disponible en classe Affaires sous le coude pour pouvoir répondre à un achat de dernière minute. Pour mettre toutes les chances de votre côté, voyagez un jour dans la semaine (ou une heure de la journée) moins fréquenté. Certains comparateurs (comme Skyscanner) disposent d’outils permettant de vérifier, ligne par ligne, quels sont les jours les plus chargés. Le timing pour l’enregistrement est également important. Deux écoles s’affrontent. Certains préconisent d’arriver le plus tôt possible, 4 ou 5 h avant le décollage pour les vols longs courriers. Lorsqu’elles disposent de sièges libres en classe Affaires, certaines compagnies font en effet le choix de « récompenser » les passagers les plus ponctuels avec un sur-classement. Au contraire, d’autres conseillent d’arriver juste avant la fermeture du comptoir d’enregistrement. Certains sièges affaires se libèrent en effet au dernier moment. Surtout, en cas de surbooking en classe économique, il arrive qu’une compagnie préfère surclasser un passager plutôt que de le faire voyager sur le vol suivant et lui verser les indemnités réglementaires.

3 – Soyez réactif… et opportuniste

Le meilleur moyen de voyager en classe Affaires, c’est encore de… payer. Les ventes promotionnelles, et notamment les ventes flashs proposées aux abonnés des newsletters pendant quelques jours (pour des voyages à des dates ultérieures), se multiplient depuis une poignée d’années. Les bonnes opérations sont réelles avec des rabais qui peuvent parfois atteindre 50%, à peine plus cher qu’une classe économique plein pot ! Reste que ces ventes sont rarement compatibles avec les exigences des déplacements professionnels, généralement organisés quelques jours seulement avant le départ. Dans tous les cas, surveillez attentivement vos spams et soyez ultra-réactif. Pensez également à soigner votre carnet d’adresses, notamment le commercial de la compagnie aérienne qui est en contact avec votre entreprise  ou mieux, son directeur commercial ou marketing. En lui passant un petit coup de fil avant le départ, il signalera votre présence à l’enregistrement et pourra demander un sur-classement en fonction des disponibilités. Mais attention : s’il est compétent pour effectuer cette démarche au départ de France, il ne pourra pas faire grand-chose pour votre retour de l’étranger. Le voyage effectué, n’oubliez jamais de le remercier, avec un petit mot et pourquoi pas un cadeau, un bouquet de fleurs ou une bouteille de vin !

4 – Mettez (un peu) la main à la poche !

Dans une logique d’optimisation de leurs recettes, les compagnies multiplient les offres commerciales en dernière minute pour remplir leurs classes Affaires. C’est encore le meilleur moyen de voyager dans un confort optimal, sans (trop) se ruiner. Quelques jours avant le départ, ou une fois sur place à l’aéroport (parfois même dans l’avion), la plupart des compagnies proposent désormais des offres de sur-classements en fonction des sièges disponibles, à des prix très compétitifs. Elles peuvent être réglées en cash, mais aussi de plus en plus souvent avec les miles cumulés sur les programmes de fidélité. Chez Air France, le tarif de sur-classement est fixé 56 ou 31 heures avant le départ selon les canaux de réservation et le passager peut choisir de régler en espèces, en miles, ou de mixer les deux moyens de paiement. Autre système en plein boum: celui des enchères. Air Canada, Lufthansa, Singapore Airlines, Tap Air Portugal ou encore Etihad Airways l’ont notamment instauré. Le principe ? Lors de la réservation, le passager indique combien il est prêt à payer pour accéder à une classe supérieure. Il est informé du résultat, qui dépend du nombre de sièges disponibles et du nombre d’enchères, un à trois jours avant le départ. Si certains passagers ont pu ainsi voler en classe affaires pour 50 € de plus, on considère généralement qu’il faut au moins ajouter 30% au prix de la classe économique pour avoir une chance d’être surclassé en affaires. Bon voyage !

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *