0 commentaire(s) | 75 vues

L’émergence de technologies innovantes, en particulier de l’intelligence artificielle, place de plus en plus l’expérience utilisateur au cœur de la politique voyage.

L’expérience utilisateur n’a jamais été autant plébiscitée par les voyageurs d’affaires. La raison ? Leur volonté de retrouver, dans la sphère professionnelle, les mêmes usages et technologies qu’ils utilisent à titre personnel pour voyager. Une volonté longtemps réfrénée par les entreprises, occupées par d’autres contraintes spécifiques, telles que la sécurité des voyageurs, l’optimisation des coûts ou encore la réglementation. Pourtant, le développement de technologies innovantes, en particulier celle de l’intelligence artificielle (IA), pourrait contribuer à optimiser l’expérience voyageur tout en respectant les obligations des entreprises. Les attentes dans ce domaine sont d’ailleurs fortes de la part des voyageurs d’affaires.

Selon une étude SAP Concur menée en juin dernier auprès de plus de 4 000 salariés européens, dont un millier de Français, 56% des Français sont convaincus que l’intelligence artificielle constitue un moyen de personnaliser davantage leurs déplacements professionnels. Pourtant, 64% des entreprises n’offrent pas à leurs collaborateurs d’outils basés sur l’IA à ce jour. Mais cela pourrait vite changer.

Assistants virtuels et robots conversationnels

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle dans le voyage d’affaires s’appuie essentiellement autour du machine learning et prend notamment la forme d’assistants virtuels et de robots conversationnels, appelés « chatbots ».

Quels qu’ils soient, ces assistants virtuels ont pour vocation d’accompagner en continu le voyageur avant, pendant et après son déplacement : itinéraires, gestion des réservations, recommandations sur les visas, informations sur la destination, météo, suggestions de restaurants, alertes en cas de modifications d’horaires ou d’annulations …

Et demain ? D’informationnels, les chatbots devraient devenir transactionnels et être ainsi capables d’effectuer, par la voix, des réservations d’hôtels, des annulations ou même des réclamations.

Face à un changement de programme, un chatbot sur mobile ira, par exemple, chercher l’information et proposera au voyageur d’affaires des alternatives, comme la réservation d’un vol sur une autre compagnie. Côté back-office, les données récoltées en temps réel et croisées à celles de l’itinéraire du voyageur permettront à l’entreprise d’être informée en cas de mise en danger de son collaborateur.

Automatisation des notes de frais

D’autre part, les données bancaires permettront de suivre en direct les dépenses. De ce fait, pour éviter les dérives, le voyageur recevra une alerte s’il s’apprête à effectuer une transaction non conforme à la politique de l’entreprise.

Enfin, à l’issue du déplacement, l’IA va simplifier la gestion des notes de frais par leur remplissage et leur traitement automatiques. Cette tâche chronophage sera largement accélérée puisque le voyageur n’aura plus qu’à photographier la facture et à y associer un message vocal indiquant qui il a, par exemple, invité à déjeuner. Cette automatisation permettra également de lutter contre la fraude en s’assurant rapidement que les frais engagés durant le voyage sont en conformité avec la politique d’entreprise.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *