0 commentaire(s) | 247 vues

Trajets longs, éloignement familial, météo capricieuse… Le voyage d’affaires peut parfois être une mission éprouvante et difficile. Mais il peut aussi s’avérer être une source d’épanouissement pour le collaborateur globe-trotter. Peut-il rendre heureux au travail ? Éléments de réponse avec Philippe Laurent, spécialiste du bonheur au travail.

La perception des collaborateurs des voyages d’affaires dépend de trois variables : l’état d’esprit de la personne avant son départ, l’enjeu de la mission attribuée et le temps du déplacement. Si un salarié connaît une période personnelle mouvementée, il lui sera plus difficile de s’éloigner de ses proches ou de négocier un contrat important à l’autre bout du monde. Mais à l’inverse, si la durée du voyage est limitée et que le collaborateur se trouve dans une situation personnelle stable, il sera dans une meilleure position pour l’apprécier et décrocher un contrat. « Tout dépend vraiment du moment, de la personne et de son environnement personnel… si le voyage a été pensé par l’employeur pour que le salarié soit épanoui et revienne encore plus motivé que jamais, alors ce sera très bien vécu. Cela peut même être un élément de motivation pour la suite », précise Philippe Laurent.

Conjuguer bien-être personnel et professionnel, c’est possible

Il est aujourd’hui possible d’associer loisirs et travail lors d’un voyage d’affaires : c’est le « bleisure », contraction anglophone des termes business et leisure (loisir). Si le voyage d’affaires reste très fatigant, le « bleisure » représente une véritable opportunité de découvrir les paysages, le patrimoine, voire la langue locale. « Conjuguer épanouissement personnel et professionnel est une bonne chose. Aujourd’hui que je suis indépendant, quand je pars en mission en province ou à l’étranger, il m’arrive de convier ma femme à venir me rejoindre en fin de mission. Cela donne une tout autre dimension au déplacement ! », ajoute Philippe Laurent.

Voyager entre collègues pour renforcer la cohésion d’équipe ?

Voyager à plusieurs permet, en effet, de renforcer la cohésion d’équipe tout en travaillant de manière différente. Philippe Laurent approuve cette méthode : « Sortir de son bureau en groupe, avec ses collègues, offre de nombreux avantages, à la fois pour l’employeur, le collaborateur et les équipes au sens large. Cela permet de relâcher la pression, de renforcer les dynamiques d’équipes et de retrouver ses collègues dans un autre cadre que celui de l’entreprise. C’est très positif, certes, cependant il faut veiller à ce que les collaborateurs soient libres d’échanger en dehors du travail fourni. L’objectif est de créer du rythme et de bien équilibrer les temps de travail, les périodes de jeux et les moments de détente. »

Pour résumer, le voyage d’affaires se vit comme une expérience positive, à condition qu’il soit préparé conjointement par l’employeur et ses collaborateurs. « L’employeur doit faire preuve d’une certaine souplesse : rendre possible, par exemple, le choix de l’hôtel ou encore du moyen de transport peut motiver les collaborateurs à faire leur valise », conclut Philippe Laurent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *