0 commentaire(s) | 291 vues

À ne pas confondre avec le bleisure, qui consiste à prendre un temps de loisir lors d’un déplacement professionnel, le blurring exprime le fait de brouiller la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle. Avec l’usage des nouvelles technologies, de plus en plus de professionnels sont concernés. Quel impact cela a-t-il sur les voyageurs d’affaires ? Éléments de réponse avec Tayeb Bouhassis, directeur régional des ventes chez Vector Aerospace France.

Participe présent du verbe anglais to blur, « effacer » en français, le blurring est le terme tendance pour désigner une pratique de plus en plus courante chez les professionnels, celle de rendre floue la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Sollicitations professionnelles en dehors des heures de travail, appels de clients sur le téléphone personnel, affaires privées à régler pendant le temps de travail… : les nouvelles technologies encouragent cette flexibilité. Smartphones, tablettes et ordinateurs portables nous permettent de travailler à distance et de consulter à tout moment nos mails et nos appels. « Il y a forcément des interférences entre notre vie privée et professionnelle. Il faut accepter de naviguer entre l’un et l’autre et ne pas avoir de créneaux horaires définis pour résoudre des problèmes personnels et inversement », confirme Tayeb Bouhassis, qui fait partie d’une équipe de cinq personnes amenées à voyager très régulièrement à travers le monde. Avec une fréquence importante de déplacements et un poste à responsabilité, impossible, désormais, de ne pas brouiller cette fameuse frontière.

Réussir à trouver un juste équilibre

À l’heure où l’on nous parle de droit à la déconnexion, qui doit permettre de mieux respecter le temps de repos et la vie personnelle des salariés, il semble pourtant que les usages actuels s’éloignent d’une répartition claire entre le travail et la vie privée. « Je suis contacté par des clients sur des créneaux horaires différents du mien, et je n’ai pas le choix que de répondre. Je ne peux pas, par exemple, me permettre de laisser un avion cloué au sol. Il faut que je me rende disponible et que je sois en mesure de répondre à des situations d’urgence », explique Tayeb Bouhassis. Une question de confiance pour les clients et un moyen d’entretenir la relation avec eux. Mais il n’est pas toujours facile de s’organiser : le travers est souvent que le travail prend trop de place « Le temps passé en professionnel et en personnel ne sera jamais vraiment à équilibre, il faut donc veiller à ne pas se laisser déborder », conclut Tayeb Bouhassis.

Si le blurring apporte au professionnel plus de flexibilité et une certaine liberté dans son mode d’organisation, il peut aussi être source de stress et donner le sentiment de ne jamais être hors du temps de travail. S’il est inévitable aujourd’hui pour certaines professions, il n’en reste pas moins essentiel d’apprendre à ne pas s’oublier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *