0 commentaire(s) | 315 vues

Les PME sont plus de 3 millions en France. Dynamiques et ambitieuses, certaines sont à la conquête de nouveaux marchés régionaux, nationaux ou internationaux. Elles doivent donc développer une politique voyages à la hauteur de leur ambition. Mais quels sont leurs besoins ? Comment les agences spécialisées composent-elles avec ces petites structures ? Éclairage avec Grégory Baumann, Directeur Commercial et Opérations chez Havas Voyages.

Dis-moi comment tu voyages, je te dirai qui tu es…

Dans la catégorie très hétérogène que représentent les PME/PMI, difficile d’établir un profil type du voyageur d’affaires. Selon sa taille et son secteur, chaque PME a sa propre organisation : « Une start-up et une entreprise du secteur de la construction n’ont pas forcément les mêmes attentes ni les mêmes besoins. Au sein même d’une entreprise, on croise également différents types de profils de voyageurs (du très aguerri au voyageur occasionnel) ainsi que différentes générations de voyageurs. De manière générale, si les PME ne sont pas des grosses dépensières sur le budget voyages, elles ont très majoritairement un regard attentif sur ce poste de dépense », précise Grégory Baumann. Ballottées entre l’ambition de se développer et la nécessité de limiter les dépenses, « les PME ont à la fois besoin d’autonomie (avec des solutions en ligne) et d’accompagnement (en termes de conseil, d’expertise et de sécurité, par exemple). » Un créneau intéressant pour les agences, qui ont donc créé des offres adaptées à ce secteur.

Faire appel à des experts

L’obsession des PME ? Acheter au bon prix. Contrairement aux grandes entreprises, les PME n’ont pas toutes des compétences internes dédiées au voyage d’affaires et ne sont pas en mesure de négocier les contrats avec les compagnies aériennes, les chaînes hôtelières ou les autres acteurs du voyage. Par ailleurs, et au-delà des négociations, elles n’ont pas toute l’expertise pour bâtir et piloter une politique voyage adaptée. Leur contrainte est de gérer avec leur propre organisation. C’est tout l’intérêt, selon Grégory Baumann, de faire appel à des experts : « Si le voyage d’affaires peut paraître simple à gérer de l’extérieur, il est en fait d’une grande complexité, explique-t-il. Une agence va être capable de se repérer parmi l’offre disponible, qui est très vaste, connaître les alternatives possibles, informer les PME des nouveaux services et acteurs sur le marché, négocier des contrats en leur nom, orienter et accompagner chaque voyageur, adapter l’offre aux spécifiques de l’entreprise, proposer du sur mesure et apporter la mesure chiffrée du service rendu. » Les PME vont ainsi pouvoir bénéficier d’un accompagnement personnalisé, efficace en termes d’expérience utilisateur et économique.

S’adapter aux usages des voyageurs

« Les outils On line proposés par les agences sont encore très structurellement ʺB to Bʺ. En parallèle, nous constatons une porosité entre les usages personnels et professionnels, avec le blurring ou le bleisure, ajoute Grégory Baumann. Nous sommes convaincus qu’il faut offrir des solutions qui soient proches des usages personnels des voyageurs. Des solutions simples, pensées ʺutilisateurʺ, tout en garantissant les fondamentaux (notamment économiques) des attentes des entreprises », conclut-il. Un défi stimulant pour les agences, qui doivent être en mesure d’allier compétitivité de l’offre disponible, simplicité, expertise et proximité pour ces entreprises en plein développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *