0 commentaire(s) | 196 vues

Dans un contexte géopolitique et environnemental mouvant (attentats, conflits armés, épidémies, catastrophes naturelles), certains voyages d’affaires peuvent être risqués et doivent être précautionneusement préparés. L’employeur doit respecter certaines obligations nécessaires à la protection de ses collaborateurs. Zoom sur les mesures qui existent, aux côtés de Richard Terzan, Président d’Anticip, Entreprise de Services de Sécurité et de Défense.

Pourriez-vous préciser vos missions ?

Richard Terzan : La société Anticip a été créée en 2006 par d’anciens membres du GIGN et par des spécialistes de la gestion de crise et du Risk Management. Elle conseille les entreprises françaises et internationales dans leurs déplacements à l’étranger, notamment dans les zones les plus hostiles. Nos missions sont la sûreté des collaborateurs, la sécurité des installations et la protection des flux.

Vous accompagnez aujourd’hui Havas Voyages pour travailler sur la sûreté de leurs clients.

R.T. : Oui. Leur demande émane de leurs clients, inquiets du contexte géopolitique et environnemental actuel. Les menaces sont importantes et les voyageurs d’affaires doivent être informés, formés et protégés. Historiquement, nous intervenions en Irak et en Afghanistan, puis les menaces se sont déplacées, comme le démontrent les récents attentats en Europe. Cela nous a amenés naturellement à créer une offre à destination du monde du voyage d’affaires. Nous avons souhaité mettre notre expertise au service d’entreprises telles que Havas Voyages, qui peuvent ainsi améliorer le service rendu à leurs clients.

Aujourd’hui, nous classons le niveau de risque de chaque pays sur une échelle allant de 1 à 5 en fonction de procédures strictes et grâce à une veille quotidienne de la situation internationale. Ces informations permettent aux Travel Planner* d’Havas Voyages d’alerter leurs clients sur la dangerosité de certains déplacements et la nécessité de s’y préparer.

Concrètement, comment accompagnez-vous les entreprises ? 

R.T. : Notre rôle est d’abord de comprendre notre client et de connaître ses besoins pour lui apporter des solutions personnalisées. Notre activité pour Havas Voyages se concentre autour de l’information et de la formation du voyageur d’affaires. Nous cherchons à le « dévulnérabiliser ». La clé est d’accompagner le voyageur d’affaires et de l’aider à adopter les bons comportements en l’éclairant, notamment, sur les us et coutumes d’un pays étranger. Nous l’informons régulièrement de la situation sécuritaire et sanitaire du pays. Les informations sur son pays de destination sont acheminées par mail, grâce au recueil automatique de ses données de réservation. En outre, chaque entreprise cliente dispose d’une hotline dédiée, effective 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à utiliser en cas d’urgence. Enfin, nous formons le voyageur, en e-learning, grâce à des films d’animation en 3D, personnalisables, à la demande.

Lors de déplacements à l’étranger, qu’advient-il de la responsabilité de l’employeur ?

R.T. : La responsabilité de l’employeur reste pleine et entière, bien que le collaborateur se trouve à l’étranger pour son travail. Il doit, notamment, redoubler de vigilance pour protéger les collaborateurs qui se trouvent dans des zones sensibles. C’est ce que l’on appelle le « Duty of Care ». Le manquement à ces responsabilités s’apparente à la « non-assistance à personne en danger », qui relève du droit pénal. L’employeur peut même aller jusqu’à demander au voyageur d’obtenir un certificat d’employabilité dans les zones à risques. En outre, la responsabilité de l’employeur est engagée même en dehors des horaires de travail du salarié en mobilité internationale, lors des week-ends ou sorties nocturnes, par exemple. De façon générale, le défaut de prévention, de suivi des voyageurs et de procédure de gestion de crise est pénalisable.

*Travel Planner : organisateur de voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *